Perle de Tahiti : la Perle Noire de Polynésie

Perle de culture de Tahiti : Formes et BaroquesPerle de culture de Tahiti : classification et estimation

Caractéristiques de la Perle de Tahiti

 

ProvenancePolynésie Française: princ. les Tuamotus et les îles Gambiers
Mollusque ProducteurPinctada margaritifera cumingiiou: Huître à lèvres noires, pouvant mesurer jusqu’à 30cm de diamètre et peser jusqu’à 5kg
Age de la première greffeentre 24 et 36 mois
Nombre de perles par récolte/mollusque1
Durée de croissance de la perle :16 à 24 mois
Couleurs naturellesbleu lagon, pistache, aubergine, dorée, argent, chocolat, vert, noir, blanc etc…
Taille7 à 20 mm (princ. entre 9 et 12mm)

Couleur de la Perle de Tahiti : Souvent appelée "perle noire de Tahiti" car les premières perles naturellement noires trouvées en Polynésie française étaient noires, il serait faux de limiter l’éventail des couleur de la perle de Tahiti à la seule couleur noire. En effet, à côté du noir profond, se trouve tout une palette de couleurs semblant venir directement de l'arc-en-ciel : vert plume de paon, bleu lagon, bleu ciel, cuivre, aubergine, doré, argenté, chocolat etc... jusqu'au blanc le plus pur. Couleurs auxquelles on peut ajouter des orients comme le rose, le bleu ou le vert.



Histoire de la perle de Tahiti

 

Les habitants originels de Polynésie française semblaient ne pas être intéressés par la perle de Tahiti elle-même mais plutôt pas la coquille du mollusque dont ils extrayaient la nacre afin de créer aussi bien des objets décoratifs que des hameçons et des outils.

Après l’arrivée des grands explorateurs (Magellan, Wallis, Bougainville, Cook), les Européens commencèrent à exploiter la nacre de l’huître à lèvres noires pour la création de boutons principalement mais aussi pour orner les objets de la vie quotidienne, et la perle de Tahiti était utilisée pour la confection de bijoux. Malheureusement, cette exploitation fût massive et eût pour conséquence la mise en péril de l’espèce dès 1850.

Après plusieurs tentatives de culture de ce mollusque, il faudra attendre 1953 pour voir les premiers résultats réellement concluants dont le but était la sauvegarde et la protection de l’espèce. Pour ce qui est de la perliculture, c’est en 1961 que son histoire débute, d’abord avec des demi-perles ou blisters puis les perles rondes de qualité commercialisables qui apparaissent en 1972 : la culture de la Perle de Tahiti telle que nous la connaissons était née.

Malgré des débuts difficiles car la perle de Tahiti était peu reconnue sur le marché, il a fallu travail et acharnement pour faire reconnaître la valeur de cette perle et de là est né l’engouement pour la perle de Tahiti que l’on connaît aujourd’hui.



Perliculture en Polynésie Française : la culture de la Perle de Tahiti

Les huîtres à lèvres noires doivent impérativement être élevées dans un environnement cristallin, très éloigné de toute forme de pollution ou nuisance (y compris sonore).

Le meilleur endroit reste les lagons fermés qui confèrent différents avantages :

  • Température de l’eau et conditions météorologiques relativement stables
  • Le mollusque est facilement accessible à n’importe quel stade de son existence
  • Les œufs comme les larves ont moins de chance d’être emportées vers l’océan
  • Les œufs, les larves comme les mollusques sont mieux protégés des éléments et des prédateurs

Greffe :

Il s’agit d’une étape particulièrement délicate ne serait-ce qu’au sortir de l’eau puisque le mollusque ne peut pas vivre plus de 2 heures en dehors de la mer et au soleil. De même, l’eau douce, même provenant de la pluie, risque de le tuer rapidement.

La greffe ne concerne pas tous les mollusques adultes mais seulement ceux en excellente santé.

Au préalable, on prélèvera un tissu du manteau d’un mollusque donneur (jeune mollusque dont la nacre aura la couleur recherchée) qui sera découpé en morceaux de 2-3 mm de côté.

Patience, concentration, excellente dextérité et parfaite connaissance de l’anatomie du mollusque sont les qualités indispensables pour réaliser cette opération. Le greffeur va alors faire une incision dans la gonade de l’huître hôte pour y introduire un nucléus d’une taille comprise entre 6 et 10mm de diamètre et le morceau de manteau de l’huître donneuse.

Ensuite, on remet le mollusque dans le lagon dont il ne ressortira que lors de la période de récolte. Alors, il pourra être greffé de nouveau après extraction de la perle de Tahiti précédente.



Pour aller plus loin